Reunion Faune Flore 2021

Faune – Flore

Ouvrons grand les yeux et faisons silence parce que les animaux de La Réunion ne se laissent pas facilement admirés. Il nous faut de la patience…et ils ne sont pas les seuls à avoir de magnifiques couleurs. En effet, les marchés locaux regorgent de légumes, de fleurs, de fruits et d’épices aux milles couleurs. Que de magnifiques produits locaux.

Cette faune s’est constituée au fil des siècles par des apports divers venus soit d’Asie, soit le plus souvent d’Afrique et de Madagascar.

Certains animaux sont venus en volants : oiseaux, chauve-souris, papillons. D’autres sont venus, emportés par les vents et les cyclones.

–> La Réunion a environ 560 espèces de papillons dont 190 endémiques

Papillon la Pâture : « Papilio phorbanta Linné »

C’est un papillon remarquable par son grand dimorphisme sexuel : le mâle est noir avec des tâches bleues, la femelle, plus grande, est marron avec des tâches blanchâtres. Son énorme chenille verte à points jaunes est magnifique. C’est un des papillons les plus beaux de la Réunion.

Ce papillon endémique de la Réunion se trouve fréquemment en forêt entre 300 et 1000 m. Son vol très rapide le rend difficile à photographier. L’espèce est menacée mais protégée. J’ai trouvé celui-ci au bord de la mare aux  poules d’eau, à Salazie

Autres papillons

Le Paille en queue: «le Phaethon lepturus »

Commun dans toutes les îles chaudes du globe, cet oiseau blanc à la queue interminable, au bec jaune, vie en bord de mer. Mais on le rencontre souvent en randonnant dans les hauts et dans les ravines profondes comme la Rivière des Remparts. Ils nichent sur des parois rocheuses dans les falaises littorales.
Nous les avons admirés de très près à Grand Anse: C’est magnifique.
C’est l’un des oiseaux de mer les plus remarquables de l’île de La Réunion.

Le Martin triste: « Acridotheres tristis« 

Introduit à La Réunion vers 1760 pour lutter contre les sauterelles, le martin s’est bien adapté à tous les types de paysages.

Le martin étant une des espèces les plus envahissantes au monde. Il est présent partout sauf dans les forêts denses de l’île.

Avec son bandeau jaune sur les yeux, le martin a un air de brigand effronté (ce qu’il est, en fait!). Nous trouvons cet oiseau toujours en couple: lorsqu’on en voit un, le second n’est pas loin! Le couple est formé à vie et il parait que si l’un disparait, l’autre se laisse mourir.
Très méfiant, il est difficile à approcher, bien qu’il soit fréquent de le voir dans les villes, au bord des routes et dans les jardins.

Le Cardinal: « Foudia madagascariensis »

Ce Foudi rouge est une espèce d’origine malgache sans doute introduite à la Réunion vers 1806. Il adore se poser sur le retro de la voiture et s’admirer.
Le cardinal mâle ne prend sa belle livrée d’un rouge éclatant que pendant la période de reproduction afin de séduire sa belle. C’est un petit oiseau que l’on rencontre souvent dans les jardins. Il se nourrit d’insectes et de graines. On le reconnaît facilement à son chant mélodieux.

Le tisserin: « Ploceus cumullatus spilonotus »

Appelé aussi à la Réunion «zoizo bélier, il est présent sur toute l’île, il se repère surtout à son type de nidification en colonie et à la couleur jaune de son plumage.
Seul le mâle porte cette belle livrée jaune soleil Cet oiseau vit en colonies.

Les tisserins se regroupent en une grande colonie bruyante qui s’installe dans un arbre. Ce sont les mâles qui fabriquent les nids en tissant les feuilles de l’arbre où ils vivent. L’arbre se retrouve alors totalement effeuillé et porteur d’un grand nombre de petites boules tissées en bout de banches. L’ouverture du nid est orientée vers le bas et les œufs seront pondus dans la poche ronde.

Tous les arbres ou hampes de chocas font son affaire pour installer son nid mais souffrent beaucoup de son installation.

Le Tarier de la Réunion: « Saxicola tectes Gmelin »

C’est un petit oiseau tout rond que l’on croise souvent lors des randonnées mais qui n’est pas facile à photographier tant il est vif. est plus connu sous le nom de « Tec-Tec »

Il se nourrit d’insectes et de vers de terre.
Le mâle et la femelle se distinguent par leur plumage.
Endémique de la Réunion, le Tec-Tec est un oiseau protégé. Sa chasse et sa capture sont interdites.

Le moineau domestique: « Passer domesticus »

Ce moineau domestique est un petit oiseau que l’on rencontre dans les jardins créoles et en ville. Il n’y a que dans les forêts qu’il n’est pas présent.
Omnivore, il se nourrit de graines, de fruits, de vers de terre, d’insectes et de petits lézards.
Le mâle se distingue de la femelle par un plumage plus vif.  Il a été introduite à La Réunion vers 1845

La tourterelle pays: « Geopelia striata »

Cette tourterelle est un oiseau qui n’est pas farouche. Même si elle s’envole lorsque l’on tente de la toucher, elle se laisse tout de même approcher de très près. On la trouve partout : dans les jardins, en ville et même sur la plage où elle vient réclamer des miettes de pain! Elle se nourrit de graines et de petits vers.
Les plumes de son corps sont grises et sa tête est bleutée. Elle vit en couple.

La tourterelle malgache, Nesoenas picturata, est de la famille des Columbidae, une espèce protégée à La Réunion. Cet oiseau est connu aussi sous les noms de : Pigeon ramier.

Les batraciens n’existaient pas avant l’arrivée de l’homme à l’île de La Réunion

La grenouille, Ptychadena mascareniensis, est originaire d’Afrique et reconnaissable aux plis longitudinaux qui parcourent son dos. Il y a très souvent une bande claire sur la ligne médiodorsale.
Le crapaud guttural,Bufo gutturalis, est originaire d’Afrique également. C’est un opportuniste qui mange tout ce qui passe à sa portée: insectes, mollusques, vers voire petits reptiles ou autres grenouilles.

L’abeille domestique: « Apis Mellifera Unicolor »

Nous croisons cette sous-espèce malgache à la Réunion
On ne présente plus l’insecte le plus utile à la nature et qui participe à la pollinisation de toutes les fleurs pour leur permettre de produire des fruits.
Impossible à manquer sur les sentiers.
Elles ne sont pas dangereuses et ne piquent que pour se défendre.

Nous en avons observé au bord de l’océan, à La Saline sur un Raisinier des bords de mer. Ces fleurs de raisins de mer font le bonheur des abeilles.
Que c’est beau de voir tous ces pollinisateurs butiner dessus.

L’escargot

L’escargot commun, Helix aspersa, introduit à La Réunion se nomme aussi le petit gris.
Il est présent en basse altitude jusqu’à 1 000 m environ, dans les jardins, les cultures, les milieux urbanisés et les forêts humides de l’île.

Un autre escargot commun, Le Bradybaena Similaris, Introduit à La Réunion aussi , il est considéré comme une espèce envahissante.
Il  est présent dans les jardins, les cultures, les milieux urbanisés et les forêts humides de l’île. (originaires d’Asie orientale et austral)

Le Margouillat: Tjictjac, Gecko asiatique

Le margouillat, ou le Gecko gris des maisons est un petit lézard «domestique» qui vit à l’intérieur des maisons et qui se montre très utile en attrapant des insectes peu appréciés comme les moustiques, les araignées, les moucherons et les cafards.
La journée, il se cache derrière les meubles ou les tableaux.  Il n’est visible que la nuit et a un chant très particulier. Je l’aime bien ce petit, il est le bienvenue dans ma case, un anti moustique naturel 

Le Lézard

Lézard  de l’île de La Réunion, Agame variable, qui est faussement appelé sur l’île «caméléon ». L’agame mesure entre 20 et 40 cm, il est  très rapide.

Le caméléon se nomme l’endormi.  Furcifer pardalis (caméléons panthère)

L’endormi est un animal très calme qui reste souvent au même endroit.
Le mâle est vert turquoise et plus gros que la femelle qui elle est noir/orangée..

Introduit à la Réunion au XIXème siècle, l’endormi est aujourd’hui rare et menacé par les braconniers et les voitures, son extrême lenteur en fait une proie facile Il est protégé à la Réunion.
Il est capable de changer de couleur en fonction de son environnement et de son humeur.

La chèvre Peï

La chèvre Peï est une race de petit gabarit présentant de bonnes qualités maternelles, de rusticité et de prolificité.

Un programme de sauvegarde a été mise en place pour maintenir et promouvoir cette chèvre faisant partie du patrimoine culturel réunionnais.

La Réunion possède une faune marine d’une grande bio diversité

Elle compte plus de 190 espèces de coraux, 1 300 espèces de mollusques, plus de 500 espèces de crustacés, 130 espèces d’échinodermes.
Sans oublier les 1 000 espèces de poissons, dont plusieurs sont endémiques.
Nous privilégions les lagons pour observer tout ce beau monde avec notre masque et tuba.
Voici un mini échantillon:

Ce sont les habitants les plus remarquables et remarqués du lagon, tant leurs formes et leurs couleurs peuvent être variées.

La Flore

Au départ, la Réunion était dépourvue de toute faune et… toute flore. La végétation est arrivée portée depuis Madagascar et l’Afrique par les oiseaux, les embruns, les vents et les courants marins. Petit à petit, elle s’est très bien adaptée à l’île.

La Réunion présente une flore particulièrement variée.

Flore endémique et indigène, les espèces exotiques, les espèces envahissantes et adventices, les fruits et légumes, les lianes, les cactus, les palmiers, les orchidées, les plantes aromatiques et médicinales. etc …

Jamrosat ou jambrosade ou encore pomme rose : Syzygium jambos 

Cet arbre, de la famille des Myrtacée, aux feuilles coriaces peut atteindre 15 m. Les fleurs odoriférantes comportent de jolies étamines très nombreuses et donnent des fruits jaunes comestibles au goût de rose. Utilisés en pharmacop.

Plusieurs « jamrosat » sont présents autour de la mare aux poules d’eau, à Salazie.

Fuchsia de Bolivie ou flambeau d’amour :Fuchsia boliviana

Fréquent en forêt humide de montagne, le fuchsia peut atteindre 3 à 4 m. Feuilles opposées par trois, duveteuses.
Belles fleurs rouges en grappes pendantes. Aisément identifiable.
Plante introduite à La Réunion comme plante ornementale, et envahissante. elle est maintenant naturalisée, présente en bordure des sentiers des forêts humides et des sous-bois de moyenne altitude.
Nous en observons beaucoup dans la forêt de sans soucis.

Le Raisinier bord de mer ou Sea-sidegrape : Coccoloba Uvifera

La plante de raisin de mer est souvent utilisée dans l’aménagement paysager côté océan.


Ces fleurs de raisins de mer font le bonheur des abeilles.
Que c’est beau de voir tous ces pollinisateurs butiner dessus.

Cet arbre tropical du raisinier qui peut atteindre une hauteur de 10 mètres, est au bord de la plage de Trou noir, à la Saline, mais il est présent sur une grande partie du littoral de la Réunion.

Le champignon Shiitake : Lentinula Edodes

Egalement appelé « Lentin du chêne », ce champignon parfumé et très répandu se rencontre souvent dans d’anciens brûlis ou le long des sentiers bordés de filaos.
Ces champignons désignent souvent des espèces se ressemblant.
Ne pas consommer sans se renseigner auparavant. Vu dans la forêt de Sans Soucis.

Le Chouchou, emblème de Salazie: Sechium Edule

Introduit au milieu du XIXe siècle sur l’île, le chouchou trouve des conditions écologiques parfaites dans le cirque de Salazie.

Le chouchou pousse partout. Il fait partie de la famille des Cucurbitacées. On le nomme aussi : Christophine ou Chayote

Aujourd’hui, le chouchou fait partie intégrante de la cuisine réunionnaise et toutes les parties de la plante sont utilisées.

Le Chouchou est tout aussi magique en cuisine et ne produit aucun déchet. Tout se mange, du fruit consommé aussi bien salé que sucré, à ses brèdes ou encore son amande très prisée. Et sans oublier ses lianes qui sont séchées et tissées.
Comme disent les locaux « Le Chouchou, c’ est  notre “haricot magique” Péi… »

Laitue d’eau : Pistia Stratiotes

L’emblématique Mare à poule d’eau, à Salazie, est complètement recouverte par des laitues d’eau. Cette espèce végétale envahissante s’est emparée de la mare. Elle a été introduite à La Réunion à la fin du 18ème.

La fontaine aromatique : fabrication artisanale d’huiles essentielles à St Leu

Johan Morel, un jeune passionné nous fait visiter une partie de ses terres qu’il cultive pour sa fontaine aromatique.
Il produit artisanalement des huiles essentielles dans un vieil alambic en cuivre,  comme on en faisait autrefois à La Réunion.

De sa boutique, la vue sur l’océan Indien est à couper le souffle, et les bonnes odeurs de plantes aromatiques se font remarquées.
C’est sur un terrain de jeu de 3 hectares surplombant Saint-Leu qu’il cultive sans produits chimiques des plantes aromatiques et médicinales locales, comme la citronnelle ou le romarin, mais également des arbres fruitiers.

Alors, vous aurez plus d’infos sur son site : https://www.lafontainearomatique.re/

Et voici un petit échantillon des fleurs que nous rencontrons sur cette magnifique île de la Réunion 

Quelques couleurs des marchés de La Réunion

Si il y a bien une chose à vivreà La Réunion, c’est l’ambiance des marchés forains ! C’est l’idéal pour s’imprégner de l’identité de l’île, découvrir l’étendue des produits locaux au fil des saisons.

Les marchés ont tous leur âme et leurs producteurs spécifiques.

C’est un véritable festival de couleurs, de senteurs et de goûts à l’ombre des parasols.

Canne à sucre sur l’île de la Réunion

Héritage de la colonisation les plantations de canne à sucre ont traversées les époques. Certains travaillent durement et coupe encore la canne à la machette.
La campagne sucrière à la Réunion débute début juillet jusqu’à la fin du mois de novembre sur près de 3 400 exploitations qui emploient quelques 10 500 personnes.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.