Nam Nga

Au cœur du Laos à Nam Nga Bungalows, chez Noy

Ce matin (22/01/2020), nous prenons le bus à la Northern Bus Station de Luang Prabang: départ vers 09h00 en direction de Pakmong, le nord, avec un arrêt au pont de « Ban Nam Nga ».

Depuis notre Nam Nga Bungalow

Visite des villages:
– Simonkhoun
– Khoke Nang
– Village Hmong
– Lao Toun

Et trek d’un jour dans la montagne.

Panneau ci dessus à montrer au chauffeur de bus (traduction en lao de Ban Nam Nga)

Tout au long de la route, nous admirons le magnifique paysage, ainsi que la Nam Ou River que nous longeons. Mais nous guettons aussi les bornes kilométriques, rouges et blanches, sachant que  notre arrêt se situe au km 468  (82 km de Luang Prabang), ce qui facilite les choses pour s’y retrouver.

Nous observons également un énorme barrage en cours de construction sur la rivière. Comme bien d’autres au Laos, cette construction par « Power China »  bouleverse l’écosystème.
Ces ouvrages mettent en péril la pêche et les petits villages, installés en bordure de rivière, dans un des pays les plus pauvres d’Asie.
Malheureusement, le Laos ne peut faire « barrage » à la puissante Chine!

Après 2 heures de route, un bon cri de « Stop » au chauffeur, et tout est Magique!

Nous voilà tous les 2 au milieu de nulle part.
Je contacte Noy par téléphone, puis elle arrive par la piste en voiture parce qu’il n’y a pas assez d’eau pour naviguer  sur Nam Nga River. (petite rivière qui se jette dans la Nam Ou river, affluent du Mékong)

Nam Nga Bungalows – chez Noy

Ban Simonkhoun: village natal de Noy que nous avons hâte de découvrir où Noy y loue 2 bungalows. J’ai réservé depuis la France ces 4 jours par Internet. (Découvert par forum et blog).

Un petit coin de paradis….

Notre  Nam Nga bungalow est propre et accueillant, très joliment entretenu, dans un magnifique jardin, juste à côté de la maison de Noy. Il est composé d’une grande chambre, d’une salle de bain privative, et d’un petit balcon donnant vue sur le jardin… Bref, une magnifique et charmante Guesthouse, où il fait bon se reposer!

Après un déjeuner préparé par notre charmante hôte, nous partons visiter son village natal, à 100 m, par le chemin de terre battue. C’est un petit village typique, nous nous baladons, rencontrons les villageois et observons leur manière de vivre.

En traversant le village, l’accueil des habitants est un peu timide mais souriant.
Dans les villages, l’activité principale est la cueillette et le séchage d’herbes utilisées pour faire les traditionnels balais que l’on retrouve partout en Asie, ainsi que le tissage.

Des femmes nous présentent leurs bébés, tous plus beaux les uns que les autres. J’en profite pour montrer la photo de mon petit fils Gaspard de 2 mois.
Moment émouvant avec elles.

Petit passage,  en contrebas, au bord du Nam Nga River pour se rafraîchir. Il y a vraiment peu d’eau, peu de courant, et c’est assez difficile pour les barques de naviguer.

Au retour, nous optons pour nous rafraîchir avec une bière locale « au bar » du village. Nous trinquons avec les quelques Laotiens présents.
Les familles nous accueillent avec un grand sourire, puis les enfants se ruent vers nous pour nous parler, nous toucher. Ils sont adorables et cela fait tellement plaisir de voir tous ces sourires !

Il n’y a pas grand-chose à faire sur place, c’est l’occasion rêvée de vivre au rythme du Laos.

Séance coiffure avec les petites filles, les garçons nous regardent.

Nous sommes restés un bon moment à partager cet instant privilégié avec les enfants, ainsi qu’à nous balader à travers ce petit village.
Ici, dans la campagne, les Laotiens  sont adorables, très avenants et curieux d’échanger avec nous. Que du bonheur!
Déconnexion totale avec ce qu’on a pu vivre à présent… Quelle immersion : les maisons sont en tôles, ou en bambou, certaines en parpaings sont plus imposantes. Des chiens, des poules, des canards, et leurs rejetons partout en liberté.

De retour chez Noy qui nous a préparé un super dîner. Un délice ce poisson du jour!

Il fait frais ici, le calme règne, pas de connexion internet dans ce coin reculé… Alors un peu d’écriture sur le carnet de voyage … au lit.
Nous avons apprécié la couverture pour la nuit (30° en journée, 14° le soir)

Quel calme et le noir complet !
Très bonne nuit Zzzzzzzz

Visite des villages au bord du Nam Nga

Départ à 9h pour découvrir les 3 villages ethniques voisins, par la piste de terre rouge car la Nam Nga river est trop faible pour naviguer en pirogue.

Lao Toun

Lao Toun, village de l’ethnie Kamou. (Khamu.)
Les Khamus sont estimés à 800 000, et aujourd’hui la majorité vit dans le nord du Laos (88%) où ils font partie des Theung (Lao d’en haut ou Lao des versants) .
Les Khamus sont considérés comme étant les premiers habitants de ce qui est aujourd’hui le Laos

Le mari de l’institutrice affûte des couteaux.
La semaine de notre passage correspond aux vacances scolaires, alors l’école est fermée… c’est bien dommage.

Nous donnons alors notre grand tableau des chiffres à ce monsieur qui se fera un plaisir de le poser au mur dans la classe.

Nous prenons plaisir à distribuer aux enfants des crayons, des savonnettes, des brosses à dent et dentifrice.

Pour les bonbons, nous n’en apportons pas à cause des problèmes dentaires.

Un puits se trouve sur le coté d’une petite place: utilisé pour la vaisselle, le bain, la lessive… par toute la communauté.

Rustiques, les maisons sont en bambous et en planches, parfois sur pilotis.
Une dame qui secoue le panier pour faire tomber les grains de riz qui ont encore la cosse ou les cosses vides ou les grains trop petits. C’est de la magie! C’est très difficile !  Les petits grains sont pour les poules !
Le jeune moine du village garde l’épicerie.

L’habitat, bien que sommaire, demeure très conviviale.
Les « Khamus » sont de plus en plus intégrés à la société laotienne, et nous voyons dans ce village un groupe de maison en parpaing et quelques nouvelles constructions.

Hmong village

Notre deuxième village est celui où vit l’ethnie Hmong.
Nous ne voyons pas beaucoup de villageois, et ceux que nous croisons sont sombres et réservés.
Beaucoup de femmes sont dans la forêt pour le travail.

Ces plantes qui ressemblent à des plumeaux poussent en abondance dans les arbres de cette région, et servent à la création des balais.

Les enfants vont chercher ces herbes à balai dans la montagne pour gagner quelques kips !.
Les femmes mettent les plumeaux à sécher partout dans le village.
Dans ces villages tout est fait à la main.

Dans ce village Hmong, nous passons devant une ruche,  une mini jardin en hauteur à cause des poules, quelques arbres fruitiers (papaye, banane) et des plans de noix de cajou…
Ici les habitants vivent aussi de la récolte de l’arbre à caoutchouc qu’un riche chinois leur achète une misère.

Ce village est différent du premier, les conditions de vie y sont plus dures. Les enfants sont moins bien vêtus.
Aucune maison en dur, elles sont quasi en bambou, et les Hmongs ne vivent que dans une seule pièce (dorment avec la fumée de la cuisine).
Les Hmongs sont un peu moins cultivés, du fait de leur passé historique et il y a encore quelques hommes Hmongs cachés dans la foret qui fument de l’opium.

La pauvreté ici est bien visible, et c’est un village sans école.
Nos quittons ce village Hmong le cœur un peu plus serré.

Khoke Nang

Notre 3eme village  est celui de Khoke Nang, où vit l’ethnie Lao Leu

Il s’agit du plus structuré des trois, nous pouvons distinguer le nom des rues.

Dès l’entrée du village, nous trouvons des fleurs de coton.
Nous nous arrêtons près d’une maison ou les femmes nous montrent comment elles transforment le coton. C’est parti pour un apprentissage avec les différentes étapes ! Les fleurs de coton ramassées, nous enlevons les graines de la fleur, ensuite nous aérons le coton, puis création de petits boudins, et après c’est le fil à coton.

Avec le coton filé la femme découpe des petits morceaux pour nous offrir de simples bracelets.
En fait  tous les habitants de la maison nous attachent chacun leur tour des bracelets aux poignets en priant, en récitant ou en chantant une prière (pour nous apporter chance, bonheur, amour et santé…

Un moment chargé en émotion pour cette expérience toute particulière, une cérémonie traditionnelle.

Les enfants sont heureux d’être avec nous… et nous aussi.

Noy a prévu un déjeuner gargantuesque et délicieux avec les femmes du coton. Nous partageons ensemble ce repas typique, les Laotiens ont le don pour nous mettre à l’aise et nous faire sentir comme à la maison.
Les enfants mangent seulement après.

Nous achetons des serviettes en coton directement ici, du vrai fait maison !

Poursuite de la visite du village, ou des femmes tissent. Nous passons devant la scierie, un homme qui tresse des paniers, le forgeron, les teintures du coton…
Les femmes tissent dans leurs maisons, gardent les enfants pendant que les hommes travaillent dans les rizières, dans la forêt, dans des petits jardins sur les berges inclinées de la rivière (agriculture totalement bio) ou sont partis pêcher. (le poisson sèche sur le toit)

Ci dessous, photos prises dans la montagne. Il s’agit là d’un séchage des graines pour le rembourrage des oreillers.

Pause au magasin/bar du village. Un petite BeerLao, et il y a beaucoup de monde avec nous. Les « Lao leu » sont très accueillants.

Passage devant l’école et le temple du village

Une journée très riche en émotion, une journée qui remet les choses en place et qui nous fait nous sentir égoiste quand on se plaint de chose futile.

Un retour à la simplicité et à la sincérité qu’on consomme sans modération.

Se retrouver dans un village au milieu de la montagne où nous sommes les 2 seuls touristes, c’est quand même ce que nous aimons le plus dans nos voyages.

Villages « Paumés », mais plus riches en émotion. Nous retenons de ces moments cette vie en communauté. Ce peuple ne connaît pas la solitude.
Les personnes âgées habitent avec leurs enfants et petits enfants qu’elles portent en écharpes pendant la journée, lorsque les parents sont partis travailler dans la montagne.
Pas de médecin et pas d’hôpital à moins de 2h de route.

Merci à Noy pour son super accueil, et surtout pour tout le travail, les services qu’elle apporte pour ces villages.

Un petit tour dans la rivière Nam Nga pour se rafraîchir, surtout après ces rencontres dans les villages, moments gravés dans nos cœurs.

La rivière Nam Nga est un lieu de rencontre aussi, dommage que le niveau d’eau soit si bas.

Trek dans la montagne, en traversant Nam Nga

C’est parti pour toute une journée à travers la montagne, à pied.
Pier (le cousin de Noy) vient nous chercher au bungalow. Nos 2 bâtons nous attendent. C’est notre guide.

Nous commençons par traverser de nouveau le village de Noy…
Tiens!! Une attraction originale ! C’est un camion qui vient vendre des matelas, etc…

Bam, la femme de Pier nous rejoint, et  c’est parti pour 12 km avec nos sacs à dos.

Nouveau poteau électrique! L’ancien en bambou fait « décoration »

Après 30 mn de marche sur le chemin, nous bifurquons vers la rivière Nam Nga

Petite traversée en barque pour se retrouver sur l’autre rive.
Entre temps, Bam trouve des petits fruits rouges, nous les propose, et bien sûr nous les dégustons.

Il fait très chaud, le soleil nous fait bien sentir sa présence. Nous marchons de temps en temps sous les sous bois. C’est Bam qui ouvre le chemin. Elle cueille sans cesse toutes sortes de verdure.
Traversée des rizières verdoyantes, installées sur la forêt montagneuse. En fait, le terrain est préparé par les villageois, ils déboisent la forêt : vendent le Tek, (très bon bois) et préparent de nouvelles rizières.

Petite pose à une cabane pour se désaltérer et admirer toutes ces étendues de rizières, cette belle montagne.
Pendant ce temps, Pier en profite pour jeter à œil à ses champs de rizières.

Quel plaisir de marcher à travers les rizières des villageois !
Nous ne rencontrons personne, puisque nous sommes un jour de fête de Bouddha, et donc personne ne travaille, et quand aux touristes … Il n’y a que nous 2 !

Passage devant une autre cabane qui sert de refuge pour les villageois qui travaillent.

Une fois le riz prêt à être coupé, il est transformé en fagots avec les tiges de riz.
Pour faire tomber les grains de riz, ici, le montagnard tape les fagots sur cette planche en bois.

Encore et encore des rizières, quelques champs d’Ananas, mais pas de pluie depuis 2 mois, alors pas de fruit. Bien dommage !

Arrivés  au sommet de la montagne, c’est l’heure du déjeuner et nous nous installons dans une petite maison bâtie pour les gens qui viennent à la montagne pour travailler la terre. 

Quand je pense que nous avons grimpé sur cette montagne pour « le plaisir » (déjeuner et sieste), alors que les laotiens y viennent… pour travailler !
Ici, il s’agit d’une parcelle de plants de riz à repiquer. Au bout d’un mois, le riz a poussé et il est replanté plus écarté.

Pier allume un feu sur lequel Bam fera cuire des herbes enroulées dans une feuille de bananier, ainsi qu’une aubergine également enveloppée dans une feuille de bananier.

Pendant ce temps, je joue à prendre en photo les superbes papillons, les libellules .. J’adore !

Bam nous cuisine sur place une salade de papaye verte, et sort de son sac typique Lao un pad thaï au poulet préparé par Noy.
Nous mangeons à même le sol de la cabane, la nappe est une feuille de bananier. En guise de dessert, nous dégustons la petite banane locale.
Au Laos .. il y a la sieste, alors pendant 1h, à l’étage de la cabane et à même le plancher, nous nous reposons.

14h00: L’heure du retour a sonné …
Nous voilà reparti mais sur un autre chemin qui nous permet de voir des points de vues différents. C’est génial !

Au cours de notre randonnée, nous coupons des branches de bananiers pour faire des rectangles qui serviront de nappe pour Pier et Bam.
Quelques montées un peu raide de temps en temps, mais nous savons que nos allons redescendre après … alors tout va bien.

Il est 16h00, nous nous rapprochons du village et passons devant une culture de maïs. En saison sèche, les rives des rivières sont très sollicitées pour cultiver.

Lorsque nous arrivons  près de la rivière Nam Nga, à coté de notre  village, la petite traversée se fait à pied… suivi d’un peu de repos.

Merci à Pier et son épouse pour la belle randonnée à travers la forêt, les rizières, le déjeuner local dans la nature, les explications, le sourire et encore le sourire.

De retour chez Noy, notre dernière soirée.

Quiconque vient au Laos et cherche à ne pas suivre les sentiers touristiques traditionnels sera charmé de passer un moment ici.

Intéressé ? Penser à réserver votre place, vous garderez un excellent souvenir. ( Tarif sur le site ci dessous)
CHEZ NOY

MERCI NOY POUR TOUT CE QUE TU FAIS
POUR EUX ET POUR NOUS

4ème jour, le retour vers Luang Prabang pour de nouvelles aventures.
Noy doit prendre des « clients » à l’aéroport et nous profitons alors pour faire le voyage ensemble.

Retour à la page d’accueil du Laos: LAOS 2020

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.