kampot-kep

KAMPOT et KEP

Accès direct au paragraphe de KEP: accés ICI

KAMPOT

C’est une jolie petite  ville coloniale, notamment connue pour ses productions de poivre et de durian.

Kampot est totalement différente de sa comparse Kep.

En effet, elle n’est pas située au bord de la mer mais le long de l’estuaire du Preaek Tuek Chhu.

La ville est également plus peuplée, mais aussi plus animée et plus vaste..

 

 

 

Notre hôtel « Happy Family » placé au centre ville est un très bon plan.

Nous prenons le petit déjeuner en face, comme les locaux.

 

Paradise Gardens: Poivre de Kampot

Au sud de Kampot, passage à«Paradise Gardens»  ou l’on nous explique la culture du poivre avec de tableaux ludiques, des femmes au travail pour égrainer et trier les grains de poivre.  Il s’agit plus d’une visite d’un show room et non d’une plantation.

La visite se termine à la boutique pour y acheter leurs produits, certifiés du Cambodge. En effet, le poivre de Kampot est l’un des deux seuls poivres au monde, avec le poivre de Penja du Cameroun, à avoir reçu en 2010 l’appellation IGP [Indication Géographique Protégée].

Il s’agit, aussi mais surtout, du premier produit cambodgien à recevoir cette distinction.

Kampot est connue pour son poivre considéré comme l’un des meilleurs du monde,et de nombreux chefs de monde en importent pour assaisonner leur cuisine.


Plus d’infos:     
Poivre Kampot

Grande production de sel dans cette région,  mais en fonction de la saison, le paysage n’est pas le même. Les Marais salants de Kampot.

Puis direction la campagne en se dirigeant vers le sud/Est.

Le lac Secret  « Tomnop Tek Krolar »

Après la traversée de hameaux sur un chemin bien rouge, nous découvrons le lac secret niché au creux de petites collines.
Ce lac artificiel fût entièrement creusé à la main par des prisonniers pendant le règne des khmers rouges, dans le plus profond secret sous le régime de Pol Pot. Ceci pour permettre des cultures toute l’année alors que ce lac naturel était vide en période sèche.

Pour cela, un barrage a été construit dans une rivière pour créer ce lac et disposer d’une grande quantité d’eau disponible pour l’irrigation. Cela a dû être un effort énorme de la part de nombreux travailleurs esclaves qui ont dû souffrir terriblement et dont beaucoup ont perdu la vie lors de la construction du barrage.

Il fallait produire du riz, produire du riz … produire du riz pour le vendre et acheter des armes !  

Nous quittons ce magnifique site, et notre guide nous arrête juste à coté d’une cimetière, enfin quelques tombes chinoises.

 

 

Ensuite nous poursuivons notre route, enfin notre chemin de terre rouge à travers une campagne environnante: rizières, maisons typiques, pleins d’enfant qui vont à l’école qui nous font des grands sourires. Petit arrêt à une cabane pour une pause « noix de coco » de Kampot.

 

Un petit aperçu ci dessous de la campagne, entre Kampot et Kep.
Ambiance campagne assez zen que nous apprécions. Entre le rouge de la terre, le vert intense des rizières, le bleu-blanc-gris du ciel et les nombreux sourires des  locaux croisés sur notre chemin: c’est vraiment cool!

Phnom Sorsie Resort

Prochaine étape, Phnom Sorsie Resort, à environ 17 kilomètres de Kampot.
L’entrée des grottes est marquée par une pagode, située à environ 1 km de la route principale, accès par un chemin de terre. Phnom Sorsie est considérée comme une colline sacrée, pour ses formations rocheuses et ses vues magnifiques.

C’est un ensemble de grottes situé prés d’un temple moderne aux couleurs vives. On laisse le tuktuk au parking et nous y accédons par un grand escalier.

2 jeunes enfants de l’école d’en face nous proposent de nous guider pour la visite. Avec plaisir, nous les suivons.

Ils ont déjà récupéré la lampe torche au parking.

Un fois en haut de l’escalier, nous nous dirigeons vers la gauche pour entrer dans la grotte de l’éléphant blanc « Rung Damrey Saa ».

Nous descendons avec prudence… escalier pointu et glissant.

A l’aide de sa torche, le jeune cambodgien nous indique les plaques blanches qui ressemblent à ces pachydermes. En effet,  la grotte des éléphants blancs est ainsi nommée car il y a beaucoup de stalagmites dans les formations calcaires qui ressemblent à des éléphants blancs. … juste un peu d’imagination.

Les grottes sont petites, et il y a un ancien sanctuaire bouddhiste à l’intérieur.

A l’intérieur de cette « White Elephant Cave », les enfants nous montrent aussi les chauves souris juste au dessus de nos têtes. En effet, la  grotte abrite aussi une autre espèce animale : la chauve-souris

 

Photos avec les jeunes guides  en sortie de la grotte, avec vue magnifique sur la campagne .

Les caractéristiques culturelles incluent deux statues de Bouddha à la droite de la grotte de l’éléphant blanc, un temple bouddhique aux couleurs vives, ainsi qu’un stupa au sommet de la colline et une  vue impressionnante.

Vous pouvez trouver d’autres grottes dans les rizières. Les grottes de Kampot ont une histoire intéressante, utilisées à la fois comme sanctuaires religieux et comme abris pour les locaux pendant les périodes tumultueuses, comme lorsque les Khmers rouges étaient au pouvoir.

Merci à ces 2 jeunes guides, avec quelques explications en anglais. Nous retournons voir notre guide tuktuk.

 

 

Sortie d’école juste en face des grottes

 

 

De retour vers Kampot, nous prenons le temps de voir une partie d’un village de pécheurs  blotti dans la mangrove.
Ce village de pêcheurs Chams est installé dans un chenal.

Les Chams du Cambodge sont une minorité ethnique d’origine hindouiste qui se sont convertis à l’Islam tout en conservant les influences hindouistes et bouddhistes.

Ils vivent en communauté dans des villages à majorité musulmane

Notre chauffeur de tuktuk nous explique que tôt le matin, les femmes vendent les poissons sur le quai mais que d’autres partent au marché du village  pour vendre le poisson.

Cette communauté vit sur l’eau, et les hommes partent en mer chaque nuit.

La journée, les gens réparent les filets ou entretiennent les bateaux.

 

 

 

Le marché de Kampot

Un véritable « voyage » olfactif et visuel au marché journalier de la ville.

Les étals, qui se comptent par dizaines sous des amas de tôle, plastique ou bâche, forment de véritables jeux de lumière.
Divisés par secteur, on pénètre dans le marché de tous les côtés, grâce aux nombreuses petites portes construites tous les quinze mètres.
Celles-ci créent d’ailleurs de véritables courants d’air, distillant les odeurs de poisson séché, viande fraîchement découpée ou encore  volaille en attente d’abattage.

 

 

Fleurs, fruits, légumes, secteur du marché aux poissons et secteur de la viande : c’est spectaculaire. Ici les règles d’hygiène sont inconnues pour la majorité des vendeurs.

Marchands d’or et de vendeuses de vêtements etc…
On y trouve aussi des « artisans » qui incrustent des pierres précieuses sur des bijoux, et  bien sûr de nombreuses couturières.

Sans oublier le durian, un des fruits typiques d’Asie, facilement reconnaissable à sa taille mais surtout son odeur…

Les fans de durian découvriront des glaces au durian, du riz gluant au durian et au lait de coco et même des chips de durian.

Pas étonnant que la ville de Kampot soit marquée par une énorme statue de durian. Ce rond-point est le centre de Kampot, le point symbolique de la ville :  bien pratique pour s’orienter .

 

Ballade à travers la ville de Kampot

Très joli bâtiments coloniaux dans le quartier ancien de la ville.  Kampot abrite un patrimoine architectural de style français et khmer.
Nous voyons des vieilles maisons commerçantes délabrées ou des grandes maisons administratives. Plus ou moins en bon état, ces constructions ajoutent un certain charme à la ville.

 

19 février : 2 événements au Cambodge

Mon anniversaire  &  la fête  Bouddhique: »Meak Bochea, la purification de l’esprit »

Bien installé dans  le bateau « Friendly Boat » qui flotte sur  la rivière Preaek Tuek Chhu, nous dînons tous les 2 pour cet anniversaire.

 

 

 

 

Cette fête bouddhique est célébrée le jour de la pleine lune du 3ème mois du calendrier khmer, qui correspond  au 19 février de cette année 2019.
Elle commémore le dernier sermon de Bouddha, qui résume le cœur du bouddhisme en 3 principes : cesser de faire le mal, faire seulement le bien et purifier son esprit.

 

La journée de Meak Bochea (Magha Bochea en Khmer ពិធីបុណ្យមាឃបូជា,) est un jour férié et est considérée comme  la deuxième fête la plus importante chez les bouddhistes. 

 

Un repas du soir, nous commandons le « khmer barbecue »: c’est un genre de fondue/bbq de table. Un ustensile en forme de dôme, entouré d’une grande rigole est mis sur un réchaud.


Alors, la viande et les crustacés sont grillés sur le dôme tandis que les légumes mijotent dans le bouillon de la rigole.

 

Nous voici devant un terrain de pétanque ou des cambodgiens ont l’air d’être au beau milieu d’une partie endiablée.

 

Pour infos, les héroïnes cambodgiennes de la pétanque, Kè Leng et Ouk Sreymom, ont remporté une médaille d’or en Doublette femmes lors du Trophée par équipes de pétanque, en octobre 2018 à Tours.

 

Les enfants dans les rues, ils savent jouer avec pas grand chose, et toujours le sourire.

 

Lycée Dipok Samaki à Kampot (អនុវិទ្យាល័យ ឌី ប៉ុក សាមគ្គី)

Samaki-Kampot est une association créée en 2015 dont le but est de collecter des fonds pour aider les écoles et collèges de la région de Kampot.

 

 

Notre tuktuk à Kampot et Kep

 

Et toute une série de « tuktuk », de chargements rencontrés dans les provinces de Kampot et Kep et quelques scooters

Kampot est une ville tranquille, agréable, verte et pleine de petits recoins à découvrir.

 

Retour en début de page


KEP

Créée par les français en 1908, sous le nom de  « Kep-sur-mer »,  cette station balnéaire accueillait l’élite de la société coloniale française dans les années 1960. Kep était une ville riche, prospère et l’une des plus prestigieuses d’Asie du sud-est.

 

 

Cependant, le régime tyrannique Khmers rouges a détruit la plupart de la beauté de la ville au cours de son règne, de nombreuses villas ont été saccagées et brûlées.

 

 

 

La ville du crabe aux pinces bleues.
Kep est connue surtout pour son marché aux crabes. 

La statue géante du crabe bleu, qui représente l’emblème de la ville émerge à la surface de l’eau.

Sur le marché

Les crabes à vendre sont en fait stockés dans de grandes nasses dans l’eau, en contrebas des étals .
Le marché en bord de mer est spécialisé dans ce crustacé. Nous y trouvons différents produits de la mer très frais et alors nous déjeunons sur place, en savourant poulpes et sèches cuites au barbecue.

 

Les vendeuses font la navette entre les casiers immergés et leur étalage sur le marché.

Les crabes attendent sagement leur tour dans le panier accroché au ponton pour être dégustés

 

Le 2éme jour, nous nous installons dans un des restaurant bien sympathique:   » srey Phom »»et bien local au bord de la mer.
Restaurant conseillé par 2 étudiantes, que nous retrouverons au moment de déguster notre crabe .

Nous y dégustons  le plat local,  le crabe au poivre vert et frai de Kampot.
Nous nous régalons de ce délice de la mer, même si nous en avons plein les doigts.

 

Le parc national de Kep

Tôt le matin, nous partons découvrir  ce parc sur la colline au milieu de la ville. Notre chauffeur de tuktuk nous laisse près d’un temple, et nous voià parti en explorateur dans cette belle forêt. Nous suivons le plan,  direction le point de v ue Sunset Rock.

 

 

 

 

Le sentier est assez large au début de notre circuit, mais au fur et à mesure, il se rétrécit.

1er arrêt : statue de bouddha  » Buda stue  »

2eme arrêt la pagode

 

3eme arrêt juste après la pagode … pour dire bonjour à la famille de petits chiens

 

Cette zone protégée nous amène au monde vert et pacifique avec des paysages spectaculaires et une végétation luxuriante.

Allez … encore un petit effort , et nous y sommes.

 

4eme arrêt : nous sommes arrivés au Sunset rock. Vue splendide  sur la côte

De retour en bas, ou nous attends notre « tuktuk », nous profitons pour visiter la pagode « Pagode Russey »     វត្ត​សមុទ្ទ​រង្សី   / « Samot Raingsey Pagoda »

Retour vers la mer

Nous rencontrons plusieurs statues à Kep:

White Lady Statue. Une belle statue blanche qui représente une femme attendant le retour de son homme de la pêche. en Khmer   រូបសំណាកស្រីស

C’est un symbole de la passion et de la foi en l’amour inconditionnel de toutes les femmes cambodgiennes envers leur famille et leur mari bien-aimé.

 

 

 

 

 

 

Statue du roi près du marché aux crabes. « Sdech Korn Statue » sur le front de mer en khmer : រូបសំណាក់ស្ដេចកន
et
statues de 4 singes scultant un arbre en bois (statue entre le front de mer et la beach house). Des singes tel que nous pouvons en croiser à Kep.

Et  sans oublier la statue du beau cheval blanc au rond point avant d’arriver à la villede Kep. « White Horse Circle ».
En Khmer  « 
 រង្វង់មូល​សេះ​ស »

Kep qui signifie d’ailleurs « selle de cheval » en khmer.

Plage et bord de mer à KEP, et  pratique de la farniente ici, dès qu’il faite très chaud, petite sieste à l’ombre  dans es hamacs.
Nous remarquons d’ailleurs que les cambodgiens se baignent tout habillés.

Très bons moments à KEP

Kampot : sa rivière, ses maisons coloniales, ses rizières, ses marais salants, son dorian … et surtout son poivre mondialement connu.

Kep : sa plage, son parc national, ses ruines, ses fruits de mer  … et surtout son crabe

Retour en début de page

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.