angkor

Angkor, «capitale» en Khmer

Capitale de l’empire Khmer entre le 9e et 15e siècle.

 

La cité d’Angkor fut la ville la plus influente du régime khmer jusqu’au XVe siècle. Elle connait ensuite un déclin mystérieux avant d’être redécouverte par les Occidentaux à partir de la moitié du XIXe siècle.

Ce site archéologique d’Angkor est l’un des principaux sites archéologiques de l’Asie du Sud-Est.  Il s’étend sur quelques 400 km2 couverts en partie par la forêt.

Il détient d’admirables vestiges des différentes capitales de l’empire Khmer qui rayonna entre le IXe et le XVe siècle: le célèbre temple d’Angkor Wat  (ou Angkor Vat) et, à Angkor Thom, le temple du Bayon orné d’innombrables sculptures.

Les deux sites les plus significatifs reflétant l’essor de cette cité édifiée durant le rayonnement khmer sont ceux d’Angkor Vat et dAngkor Thom.

Une journée entière pour notre visite «partielle». Mais nous avons choisis qq temples.

Ce magnifique site, majestueux, grandiose et très impressionnant en a pour tous les goûts: des gros, grands,  petits, enchevêtrés, pyramidales, labyrinthiques, envahis par la nature, en briques et en pierres… Chaque temple a sa particularité. 
Plus d’un millier de temples ont été retrouvés, allant d’une multitude de gravats dispersés sur le sol à l’impressionnant Angkor Wat, temple le mieux préservé.

Notre circuit:

  • Anglor Wat : âme et cœur du royaume Khmer
  • Bayon: avec ses 216 visages
  • Phimeanakas: le palais céleste
  • Baphuon: avec son bouddha géant couché.
  • Ta Keo:  le temple inachevé
  • Ta Prohm: lieu romantique et magique entre végétation et ruines
  • Bankay Kdei: Au milieu des fromagers

Véritable trésor de l’humanité cette cité d’Angkor !

Tout au long de notre visite de la journée, un visage familier nous suivait de temple en temple:

Une femme mince et gracieuse qui habite Angkor.
Discrètement,  elle nous parle de l’époque où elle était déesse.

Elle s’appelle Apsara
Notre première rencontre est au rond point « apsara circle garden », juste à coté de la billetterie.

Les murs des temples sont couverts de gravures d’Apsaras, (nymphes célestes) ou femmes dansantes…

 

Angkor Wat

   « ប្រាសាទអង្គរវត្ត » a été construit entre 1080 et 1175  par le roi Suryavarman II  pour honorer la divinité Vishnou.


Temple de style des temples-montagne et des temples-galeries.

 

C’est le plus grand monument religieux au monde.
Site inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1992, et  considéré comme la 8ème merveille du monde.

Ce gigantesque, fut terminé au XIIe siècle et est aujourd’hui un lieu de pèlerinage pour les bouddhistes du monde entier.

 

 

 

Une véritable découverte culturelle et architecturale, toujours spectaculaire et inoubliable.
L’affluence touristique est à la hauteur de sa renommée ! Nous choisissons de prendre un guide parlant français (moyen) pour nous expliquer une partie de ces trésors d’Angkor.

 

« Angkor » c’est la ville et  « Wat » c’est le monastère, le temple (en Khmer)

Le  pont d’origine fait actuellement l’objet d’une phase de restauration alors nous empruntons un pont flottant ( inauguré en mai 2017) pour rejoindre ce site historique d’Angkor.

Cinq portes permettent d’y accéder, une porte centrale pour l’usage du roi, deux pour les ministres et les deux dernières aux extrémités réservées aux femmes.
Ce temple qui comporte cinq tours est orienté à l’ouest, contrairement à tous les autres.

Les cinq tours forment la silhouette bien connue d’Angkor Wat.

Les proportions sont gigantesques, formant un rectangle de 1500 m par 1300 m avec des douves de 200 m de largeur.

La structure est construite en trois niveaux (trois galeries principales coupées par une galerie transversale) pour atteindre le centre du temple composé de 5 tours, dont la plus grande mesure 65 mètres.

 

Remarquables rangées de fenêtres à colonnettes cannelées se succèdent à coté des galeries.

 

 

 

 

 

 

Photo prise sous le point du centre de l’univers

 

Les dimensions extraordinaires des galeries, des murs d’enceinte, des douves … ne nous permettent pas de tout visiter.

Notre balade avec le guide pour cette beauté est de 1h30.

 

 

La décoration khmère est composée de  représentations de dieux, d’ hommes et d’animaux, qui remplissent chaque surface plane. 
Les combats et les épisodes de légendes sont fréquents.

 

Ces bas-reliefs sont incontestablement les plus beaux de tout Angkor. L’art khmer est alors à son sommet. Nous y voyons les différentes batailles, des scènes fantastiques. 
Interminable fresque mythologique qui fait le tour des galeries ! Cela me fait penser à une bande dessinée.

Les murs d’Angkor sont couverts d‘Apsaras, les danseuses célestes. Dans ce temple, elles sont plus de deux mille, toutes différentes les unes des autres. Chacun des visages a sa beauté et sa propre expression, chaque geste est différent. Elles sont toutes parfaites.

Ces bâtiments ci dessous, constructions rectangulaires, au milieu des jardins du temple d’Angkor sont les bibliothèques d’Angkor Wat.
Elles sont généralement construites par paires, une de chaque coté de l’allée centrale.

Photos de mariage juste devant une des 2 bibliothèques

800 mètres de chef-d’œuvre sur une galerie, de quoi y passer des jours et des jours pour bien regarder.

Le nāga, c’est ce fameux serpent à sept têtes que l’on retrouve un peu partout, devant ou dans les temples. Ce serpent est un être mythique dans l’hindouisme, choisi pour symboliser l’immortalité : en effet, ce reptile changeant régulièrement de peau, on y a vu le cycle de la renaissance après la mort.  Généralement, ces serpents dans la religion sont les gardiens des trésors, génies des eaux et dieux de la prospérité. Mais on le retrouve également dans la religion bouddhiste

Nous comprenons pourquoi Angkor Wat est aujourd’hui considéré comme la 8ème merveille du monde.
Angkor Wat: principal lieu touristique du pays, important lieu religieux, à l’origine Hindou puis Bouddhiste après le renversement d’Angkor par les Chams.

Ses tours sont même représentées sur le drapeau national Cambodgien

Le Cambodge marque le 65ème anniversaire de l’Indépendance (09/11/1953)

Des milliers de Cambodgiens se sont rassemblés au matin du 9 novembre 2018 pour commémorer le 65e anniversaire de la fin du Protectorat français (9 novembre 1953 – 9 novembre 2018).

Cette célébration annuelle était présidée par Sa Majesté le Roi Norodom Sihamoni.

Le 9 novembre 2018 marque aussi le 65ème anniversaire de la fondation des Forces armées royales cambodgiennes.

 

Angkor Thom est l’ancienne cité royale d’Angkor.

Le site est assez grand et entouré d’un long mur d’enceinte (un peu écroulé) et de douves. Il abrite de nombreux temples. Grâce à ses dimensions raisonnables, nous profitons pleinement de cet espace de l’histoire, librement à pied. « Thom » signifie « grand ».

Quatre grandes portes en marquent l’entrée, à chaque point cardinal.

Nous pénétrons du coté « Porte sud » par une allée gardée de chaque côté par 54 géants. Ceux-ci tiennent un naga (serpent protecteur) montant la garde devant la tour aux quatre visages.

 

Bayon

Bayon(1175 – 1240) est un temple-montagne consacré à la religion bouddhisme mahayana et connu pour les visages sculptés sur les faces de ses tours.

Ce temple est bâti au centre de la cité d’Angkor Thom.

Sur une superficie de 22 500 m², au centre de la ville fortifiée d’Angkor Thom, le temple de Bayon affiche une disposition simple et modeste. Il s’agit, en effet, d’une pyramide à 3 niveaux qui abrite à l’intérieur des enceintes, des galeries, des tours et un sanctuaire central. Ce temple est rempli de petits détails que ce soit sur les murs et les colonnes du temple.

 

La tour centrale du Bayon est une architecture pyramidale de 42m de hauteur

A l’origine, Bayon comptait 54 tours de pierre (représentant les 54 provinces de l’empire Khmer) qui affichaient sur les quatre façades des gigantesques visages du Bouddha.

Les tours portent au total 216 sculptures différentes avec des sourires énigmatiques et des regards mystérieux tournant vers les quatre directions cardinales, pour représenter les 4 vertus de Bouddha: au Sud la sympathie, à l’Est la pitié, au Nord l’humeur égale et à l’Ouest l’égalité.

Aujourd’hui, il ne reste que 37 tours dont la plus haute culmine à plus de 20m de hauteur.

 

Sous un soleil de plomb, par un escalier assez raide, avec des pierres peu larges et de hautes  marches, nous atteignons le sommet.

Ce qui est extraordinaire sur ce site, c’est qu’on se retrouve presque à hauteur d’homme face à ces têtes gigantesques.

Entre ces sculptures exceptionnelles, nous avons l’impression d’être traqués et observés.

 

 

Mais le temple est tellement érodé qu’il est de plus en plus difficile de reconnaître les visages.

 

 

 

 

 

 

 

Les Apsarah, ces danseuses célestes d’une grande beauté que nous retrouvons dans l’art khmer, symbolisent à la fois l’excès et la tentation.
A ce jour, il est dit dans les temples cambodgiens que toucher les seins d’une Apsarah porte bonheur. 

Tient, Frédéric est à coté de notre guide, notre nymphe céleste ! Aura t-il le bras assez long pour … ?

Statue de Bouddha au temple Bayon, pour un petit instant de méditation.

 

Nous quittons ce temple en suivant l’allée centrale.

 

 

 

 

Phimeanakas

Le Phiméanakas est un temple hindouiste dans l’enceinte du palais royal de l’ancienne ville d’Angkor Thom. Il a été bâti sous le règne de Rājendravarman II (entre 941-968).

On atteint ce magnifique temple montagne en empruntant une longue passerelle de pierre soutenue par des centaines de piliers. Tout autour de nous, de nombreux singes se promènent tranquillement.

Ce temple, signifiant « Palais Celeste » abritait jadis le Palais Royal de la cité, édifié sous Suryavarman Ier. Ce temple comporte 3 niveaux que nous accédons grâce à des escaliers étroits et abruptes. C’était une sorte de « Chapelle » privée située dans l’enceinte du Palais Royal
Autrefois, son toit était entièrement recouvert d’or. Les pilleurs sont depuis passés par là…

Après cela, nous poursuivons la visite vers Baphuon

 

Baphuon 

Baphuon: En 1995, quand la restauration repris, après 25 ans de pause pour cause de guerre civile, il y avait plus de 300000 blocs de pierre à assembler.

Aujourd’hui, le travail a bien avancé. On peut visiter le temple « montagne », en forme de pyramide avec  ses 3 niveaux.

 

Mais nous pouvons surtout apercevoir en regardant l’ensemble de plus loin un gigantesque Bouddha couché de 60 mètres, situé sur toute la façade du deuxième étage côté ouest. Il faut un peu d’imagination mais on devine malgré tout la tête à gauche du mur.

Un peu de courage, 2 grands escaliers à la pente raide nous permettent de grimper au sommet et une fois en haut, nous avons un spectacle naturel face à nous, une vue magnifique sur la forêt Angkorienne.

 

Nous rejoignons notre « tuk tuk » pour déjeuner tout près, puis visite de 3 autres temples à l’extérieur du Angkor Thom.

 

Ta Keo

Ta Keo,  Construit entre 968 et 1001, est un temple typique des « temples-montagnes » d’Angkor de plus de 50 m de haut. Il est le premier d’Angkor, construit complètement en Grès, et se compose de deux enceintes fortifiées autour d’un carré intérieur. Sur la plate-forme supérieure du temple, on trouve la tour principale, qui à son tour, est entourée de quatre petites tours élevées sur la plate-forme pyramidale.

Ta Keo a été construit sous le règne de Jayavarman V pour représenter le mont Meru qui est au centre du monde de la mythologie hindoue et est dédié au dieu hindou Shiva.

Ta Keo est l’un des temples les plus énigmatiques autour d’Angkor, à l’absence d’ornement et très peu d’éléments décoratifs parce qu’il a été laissé inachevé pour des raisons inconnues. Il se situe juste à la sortie Est de Angkor Thom après avoir traversé la  « Siem Reap River ».

 

 

Ta Phrom 

Quel étonnant édifice : Le célèbre temple  « plat » de Ta Phrom (1178/1220)   est envahi par une jungle de racines gigantesques de figuiers, banians et fromagers.
Ta Phrom est un lieu où la nature a repris ses droits, des énormes racines poussent sur ce splendide temple et envahissent la moindre faille.

 

La végétation enlace ses statues et s’incruste dans ses façades, comme s’il s’agissait d’absorber ce site situé à environ 1 kilomètre à l’Est d’Angkor Thom

Tient … notre charmante guide «Apsara »  nous accompagne encore … vue sur le coté gauche.

C’est impressionnant de voir ces racines emprisonner des pierres  de toute taille. Ces « griffes » détruisent ce temple, mais d’autres retiennent les pierres et soutiennent les murs. Les racines sont devenues des piliers du temple.

 

Nous prenons le temps de flâner dans ces vieilles pierres, de les photographier et imaginer le décor après la saison des pluies par exemple. Nous nous transformons en explorateur dès les premières minutes autour de cet environnement ! C’est un lieu magique !

Ce décor est vraiment particulier, et très connu puisqu’il a servi à plusieurs reprises de décor dans le film « Lara Croft-Tomb Raider » .

 (… mais pas vue Angelina …)

.

 

Banteay Kdei

Banteay Kdei fait partie des temples plats (à l’opposé des temples-montagnes).

Situé à 2 km à l’est d’Angkor Thom, ce bâtiment figure parmi les temples archéologiques de la cité d’Angkor.
Lieu très paisible et calme.

 

Banteay Kdei qui signifie littéralement «la citadelle des chambres monastiques» est un complexe bouddhique.

Un Bouddha assis veille sur le couloir du temple.
Ce lieu reflète la culture et l’histoire Angkorienne. Très peu de touriste, cela nous permet d’apprécier tranquillement la véritable valeur de la culture khmère.

La végétation l’a envahie aussi comme son voisin « Ta Prohm », notamment les fromagers, dont les racines se glissent entre les pierres et s’emparent du labyrinthe de salles et de la cour.

Ce temple bouddhiste offre des similitudes avec les temples Bayon et Ta Phrom.

Datant également du XIIe siècle, il a aussi de grandes tours, également appelées « gopuras« , sculptées en forme de visages et la nature semble aussi vouloir s’imposer comme un élément essentiel du tableau.

 

De nombreuses sculptures encore en très bon état représentent essentiellement des « Apsaras célestes » aux gestes toujours différents.

 

Puis, nous retrouvons notre « Tuktuk » pour rentrer chez Loeu. Quelle magnifique journée !

Quelques infos:

 

Dans tous les temples, les touristes doivent s’habiller de manière respectueuse, c’est-à-dire avec les épaules et les genoux couverts parce que « Angkor » est en site religieux avant d’être un site touristique.

 

Vous devrez tout d’abord vous rendre au bureau de vente des tickets si vous ne les avez pas.

Avant de pénétrer dans la cité d’Angkor, il faut acheter le Pass d’entrée.

Tickets avec votre photo !

 

Accéder à la page d’accueil du Cambodge:      Cambodge-Accueil

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.