Battambang

Autour de Battambang

Parce que nous sommes amoureux de la nature, nous souhaitons rester plusieurs jours à Battambang, et découvrir l’arrière-pays et la campagne cambodgienne. 

Lorsque nous arrivons à Battambang par la nationale 5, depuis Phnom Penh, la statue « Ta Dambong » nous accueille.

Le nom de Battambang ou Batdambang, signifie littéralement « la perte de bâton », en référence à une légende de la Preah Bat Dambang Kranhoung (Roi de bâton Kranhoung). Mais que de nombreuses légendes sur Battambang !

  

Phnom Sampeau: accés direct     (La colline sacrée)

 Les temples: accés direct   (Wat Ek Phnom,Wat Samrong Knong,Wat Banoan)  

Ateliers familiaux: accés direct   (Galettes de riz, rice-bamboo, crocodiles, bamboo train…)

La ville et la campagne: accés direct   (La ville, les marchés, la campagne…)

 

Phnom Sampeau

Aussitôt arrivés, aussitôt installés dans un tuk-tuk pour rejoindre Phnom Sampeau, une colline sacrée au sombre passé, à 12 km au sud ouest de Battambang.

Phnom Sampeau abrite plusieurs lieux touristiques dont des temples, des grottes et les Killing Caves de Phnom Sampeau. En bonus, nous avons l’animation par des singes.

Ce site religieux est très important pour les cambodgiens, car c’est également un lieu de mémoire.

A mi-hauteur de la montagne, nous pouvons voir de nombreuses grottes.

Mais nous découvrons et visitons  « les Killing Caves » ces sinistres grottes, lieux d’exactions pendant la période 1975-79, ou les khmers rouges faisaient disparaître les corps de leurs victimes (plus de 10 000) dans d’immenses fosses après les avoir massacrés!

La grotte est assez grande et abrite un énorme Bouddha couché.  Mais au bas de l’escalier se trouve une cage en grillage pleine d’os et  un autre mémorial de restes humains dans une boite ossuaire témoignent encore de cette folie. Certains ossements sont conservés dans une sépulture en verre.

 

A l’extérieur, des statues représentent les moyens de torture ou d’assassinats utilisés  et infligés par les khmers rouges.

La « killing cave » et les scènes des statues font rejaillir à la surface ce même sentiment d’inconfort que nous éprouvons au « Killing Fields » à Phnom Penh.

 

 

 

Malgré tout, devant ces grottes, où quelques artisans peignent, sculptent … nous ressentons une atmosphère étonnamment joviale, entre touristes et Cambodgiens, compte tenu de l’horreur de ce qui s’est passé.

«La joie est le meilleur moyen de surmonter la tragédie » ça, c’est le dicton des Cambodgiens! Très bien.

Puis, nous grimpons en haut du mont de la colline, au sommet de Phnom Sampov. (140m!)

Bel emplacement pour  admirer la grande beauté des plaines environnantes.

Le site est vraiment complet puisque nous pouvons y voir des temples, des statues de bouddha et de guerriers.

 

 

Là trône le magnifique temple « le Wat Sampeou », ainsi qu’un bouddha, des pagodes et des stupas.

 

 

 

 

Depuis une terrasse, nous bénéficions d’un magnifique panorama sur la campagne de Battambang, mais prudence … les singes macaques errent à flanc de montagne.

 

 

Une pagode (c’est à dire un temple utilisé aujourd’hui par les Cambodgiens et habité par des moines)

 Bat Cave 
Ensuite, nous redescendons pour nous installer face à la grotte des chauves-souris.

En effet, un ballet de plus d’un million de chauves-souris défile devant nous au crépuscule, émergeant d’une grotte à flanc de falaise de la montagne, pour commencer la chasse nocturne.

Très impressionnant !

 

 

Après 15 mn de spectacle, notre guide nous conduit de l’autre coté de la montagne, voir de nouveau ce flot ininterrompu des chauves souris avec en fond le coucher de soleil.

Que c’est beau !

 

Retour en début de page

 

Les temples

Wat Ek Phnom

Situé à une quinzaine de kilomètres au Nord de Battambang, nous prenons le temps de visiter un superbe site, le temple Wat Ek Phnom, construit au 11ème siècle. Il fut notamment transformé en prison du temps des khmers rouge.

Dans la province de Battambang, il n’y avait pas de gardien, alors quand les temples ont été découverts, malheureusement des gens ont vendu les sculptures aux Thaïlandais pour avoir des dollars. Depuis, ce temple est en ruine !

C’est agréable de se promener dans ce vestige, entouré de champs de nénuphars. Nous pouvons encore voir quelques sculptures dans la pierre très bien conservées et le modernisme juste à coté.

En effet, l’endroit peut être divisé en 2 parties:

– Les ruines de l’ancien temple du Wat Ek Phnom construit par le roi Suryavarman 1er (roi de l’Empire khmer de 1113 à 1150)
– Les nouvelles constructions fabriquées plus récemment et dédiées quant à elles au bouddhisme.

 

 

Toit décoré de queues de serpent.

 

 

 

Nous remarquons un super échafaudage en bambou avec un peintre œuvrant sur le mur pour entretenir ces chefs d’œuvres.

 

Cette immense statue de Bouddha assis veille sur cet ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Une petite pièce en dessous du gigantesque Bouddha abrite de nombreuses statues de Bouddha assis.

 

Juste à coté du grand bouddha, à droite, se dresse une école… Aucun élève …
Normal parce que nous sommes dimanche.

Voir ce lien pour découvrir cette école.

Ecole au Cambodge

 

 

 

Wat Samrong Knong

Wat Samrong Knong   se situe à 3 km au nord de la ville de Battambang.

C’est l’une des plus anciennes pagodes de la province (1707), elle se situe juste à côté d’un nouveau temple.

 

Des moines vivent là, et nous voyons leurs toges séchées.

Ah… une question : pourquoi la toge des moines est-elle jaune ?

Et bien parce que autrefois, cette couleur était obtenue grâce au safran que l’on pouvait trouver en abondance dans la campagne, donc pas cher. Maintenant le safran n’est plus utilisé mais la couleur jaune est restée..

Elle représente en fait les teintes de l’aurore, mais aussi celle de l’or, qui symbolise la pureté (l’or est inaltérable et ne ternit pas). Le port de robes orangées ou jaunes est donc le signe du renoncement et de la sagesse.

 

Là notre guide se repose un peu dans son tuk-tuk …

 

Le temple a été saisi par les Khmers rouges en 1976 et transformé en prison. 

Au moins 10 000 personnes ont été mises à mort de manière effroyable.

 

 

The Well of Shadows

(le puits des ombres)

Un mémorial macabre pour les personnes perdues dans cette région lors du génocide khmer rouge.

 

 

A une centaine de mètres, près du village de Norea,  un stupa en ciment est érigé pour y garder les restes de victimes des Khmers Rouges. Ce monument est décoré de gravures en ciment relatant des maltraitances commises à l’époque de Polpot.

C’est un monument commémoratif.

 

Des scènes de torture  commises pendant ce conflit de ces cambodgiens sur leur propre peuple sont représentées sur de nombreuses fresques.

Des centaines de crânes sont exposés derrière une vitre …  

Triste mais indispensable pour comprendre les atrocités commises à cette période… et ne pas oublier!

 

La chronologie de l’arrivée et de la présence des Khmers rouges à Battambang de 1975 à 1979, l’inscription sur le mur avant en anglais et en khmer, tout cela indique que le mémorial a été financé par des communautés cambodgiennes vivant aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en France, une inscription sur le mur du fond en anglais et en khmer donne un bref historique de l’expérience des Khmers rouges dans la région de Battambang.

 

Le Banon Hill Temple

(ou Prasat Banon)
À environ 20 km au sud de la ville de Battambang, nous trouvons le temple Wat Banon qui est un des endroits à visiter.

C’est un temple hindou qui date de l’époque d’Angkor et il a été fabriqué au 11ème siècle par le roi Jarvarman. En arrivant sur le site, nous trouvons un joli étang avec des bungalows avec hamacs pour pique-niquer ou juste se reposer.

Ce temple est juché en haut d’une colline d’environ 400 mètres d’altitude (sur la commune de Kon Tey)
Pour construire ce temple de montagne, le roi a fait tailler la colline à son sommet.
358 marches abruptes et courtes pour y arriver! Nous voyons des enfants agiter des bouts de carton pour éventer certaines personnes pendant l’ascension, et demandent de l’argent pour cela.

Juste avant de se lancer dans la montée, un groupe de Cambodgiens souhaite faire des photos avec nous. Ils arrivent de la banlieue de Phnom Penh et viennent ici pour prier.
Heureux de nous rencontrer, et toujours avec le sourire.

 

Son architecture ressemble beaucoup au temple d’Angkor Wat avec ses 5 tours de pierre qui forment la structure du temple.

Malheureusement, la plupart des statues sont volées ou n’ont plus de tête.
Le temple est en ruine à cause de son âge bien sur, mais également suite à de nombreux pillages.

 

Une fois en haut, les ruines et l’ensemble sont vraiment très beaux.

C’est un endroit très agréable pour prendre une profonde respiration et aller à merveille à l’époque de l’empire khmer.

 

 Entre les nombreux arbres on peut apercevoir un bout de paysage, très plat, très étendu. Le spectacle est magnifique, les environs de Battambang s’offrent à nous.

 

Après ces efforts et la descente, nous dégustons notre noix de coco très fraîche, au bord du lac !  

Là, nous avons:

-Le drapeau Cambodgien

-La poubelle marmite

-La nouvelle poubelle verte

 

Ambiance très calme, très reposante:

 

Retour en début de page

 

 

Ateliers familiaux

Au nord de Battambang, juste à coté de la ville, nous empruntons routes et chemins pour découvrir les différents métiers familiaux et artisanaux : dont la fabrication  et séchage de galettes de riz, le rice Bambou, les bananes séchées .. et bien d’autres encore.

Nous faisons une halte dans quelques un de ces ateliers familiaux du village rural.

 

Rice Bamboo

 

Un régal dans un tube de bambou épais et cuit sur les charbons ardents. Typiquement cambodgien,  fourré au riz, aux haricots noirs, au sucre et au lait de coco. Et honnêtement, c’est délicieux!

En fait, une fois le bambou rempli, il est disposé sur un brasier adapté,  le « Rice-bamboo »  est bouché avec des feuilles de bananier.
Pour le manger, on épluche simplement le bambou comme une banane.

 

 

Galettes de riz

Vous avez déjà sûrement goûtés aux nems ou autres rouleaux de printemps (springs rolls ) … et bien ici nous voyons comment sont préparées leurs fines et fragiles galettes de riz. Deux jeunes cambodgiennes travaillent toute la journée pour cuire les feuilles de riz à la vapeur. Elles font jusqu’à 1000 feuilles en une journée.

La pâte de riz est obtenue par trempage pendant de très nombreuses heures de riz cru dans de l’eau, puis filtration de l’ensemble à travers un tissu avec plusieurs rinçages successifs du riz restant, puis ajout d’un peu de riz trempé à l’eau de riz (obtenue par filtration) pour en faire une pâte.

Une grande casserole remplie d’eau bouillante, disposée sur un foyer alimenté par de la sciure.et recouverte par un support en toile, permet de préparer la galette. A l’aide d’une petite louche, la femme étale le mélange (un peu à la façon des crêpes), puis un couvercle étouffe cette pâte pendant quelques secondes pour obtenir  une galette blanche souple et molle. La galette est ensuite posée sur un rondin en fibres végétales.

Ensuite elle va venir rejoindre les autres sur ces fameuses palissades de bambou, pour sécher au soleil.

Le papier de riz, conservé sous forme de galettes séchées (qu’il faut réhydrater avant utilisation), est utilisé notamment dans la confection de rouleaux de printemps.

 

La province de Battambang est souvent appelée le « bol de riz du Cambodge » parce que une grande partie de sa production agricole sert à faire du papier de riz (utilisé pour les rouleaux de printemps) et des nouilles de riz.

 

Les bananes séchées

Les bananes sont coupées en lamelles très fines, puis disposées soigneusement par groupes sur une longue planche  avant de les étaler sur des tréteaux de bambous  pour sécher au soleil des deux côtés.

 

 

Puis les bananes de chaque rangée sont pliées et mises  dans un sac plastique, prêtes à être vendues.

 

La ferme aux crocodiles

Au Cambodge, de nombreuses familles vivent de l’élevage de crocodiles. La revente des œufs et des petits leur assure un revenu mensuel assez convenable.

Découverte d’une ferme aux crocodiles!

Nous arrivons dans un endroit rempli de crocodiles, et la visite se fait sur des passerelles hautes (ouf!), mais certaines sans bord !!  

Les crocodiles sont séparés dans plusieurs espaces, en fonction de leur taille. Ce qui nous surprend, c’est la quantité de crocos! Ils ne sont pas élevés pour être tués mais uniquement pour qu’ils se reproduisent. Les bébés sont ensuite vendus. Les bassins s’enchaînent. Les crocodiles les plus âgés servent à la reproduction et ont 10, 15, 20 ans.

L’éleveur nous montre ensuite son  élevage de 300 crocodiles adultes. Ils ont en moyenne entre 30 et 40 ans, les plus âgés ont jusque 80 ans.

Il vend les petits seulement, pour la maroquinerie et la viande. Les grands restent pour la reproduction.

Il peut les nourrir que 3 fois par mois, sinon ils produisent à perte… Le régime se compose de poissons et de serpents.

 

J’ose en tenir  un petit dans la main.

Mais l’éleveur préfère mettre un élastique, moi aussi … je tiens encore à mes doigts !

Les œufs contiennent parfois deux crocodiles. À l’éclosion, il n’est pas rare que l’un se soit fait bouffer la queue, un autre une patte.

 

Winery

La région de Battambang est la seule productrice de vin de tout le pays avec 1 seul producteur de vin, à Bat Sala Village « Chan Thay Chhoueng Plantation« .

 

 

Lors de la visite d’une ferme, nous avons « dégusté » leur production locale, mais pas vu les vignes ( à plus de 40km … il parait ). Nous avons vu seulement quelques plants pour montrer aux touristes ce que sont des plants de vigne.

Déguster un vin rouge, une liqueur et 2 types de jus (gingembre et de miel)

4 échantillons à goûter  pour 5$ à nous 2

Leur vin rouge est un mélange de shiraz, de cabernet.

 

 

Les producteurs ont aménagé leur ferme avec des serres, parce que la vente des plantes rapporte plus que celle du vin.

 

Bamboo train

Une attraction très touristique, mais sans plus pour nous. Peut-être du fait que nous sommes en saison sèche.
Il s’agit d’un genre de draisine, à la Cambodgienne.

Le  » Bamboo train » utilise les rails de l’ancienne voie ferrée qui relie Phnom Penh à Battambang. Ces petits wagons en bambou nous entraînent à la découverte des paysages des environs de Battambang de manière insolite, sur une seule voie et dans une relative bonne humeur.

Trajet A/R 14km et 15mn dans le village.

Lorsque nous nous trouvons face à un autre chariot qui arrive en sens inverse, halte obligatoire et il y en a un guide qui démonte tout (en 10 secondes).

L’idée est apparue dans les années 1980 où la région avait de sérieux problèmes de transport entre les campagnes environnantes et le centre ville. En effet, les personnes qui cultivaient leurs terres avaient besoin de transporter leurs produits au marché et les enfants devaient également aller à l’école en ville.

Puis la gare de Battambang a été désertée en 2009. Les trains traditionnels sont remplacés par cette attraction touristique des « Bamboo train ».

Sur le « Bamboo train »

 
 

Retour en début de page

 

Ville et Campagne

Batttambang et ses marchés

Phsar Boeng Chhouk (marché de l’étang des lotus) se situe juste à coté de notre hôtel, « Lucky hostel and guesthouse ».
En 1970, ce marché était une annexe du grand marché spécialisé dans les légumes et les fruits.

 

Aujourd’hui, ce bâtiment qui date de 1992, reçoit tous les impressionnants arrivages du matin, c’est un marché divers et très animé, surtout  le matin de bonne heure.

 

Il offre une variété de produits (tels que des appareils électroménagers, des vêtements, des denrées alimentaires et une nourriture abondante…), mais quasiment pas d’étal à souvenirs.

 

 

Bien sûr, il n’y  a pas de vitrines réfrigérées comme en Europe pour la viande et le poisson.
Les femmes chassent les mouches avec un carton ou un chiffon.

Les cambodgiens adorent les marchés et Battambang en abrite de nombreux autour de la ville.

 

Autour de Battambang, on trouve des marchés de village, le long des routes, des chemins.
C’est un plaisir de se promener à travers ces étals.

Nous prenons plaisir à découvrir l’authentique vie rurale cambodgienne.

 

La ville

La partie principale de Battambang est située près de la Sangker, rivière coulant à travers la province de Battambang .
Elle est aussi réputée pour ses excursions en bateau sur la rivière jusqu’à Siem Reap.
Située dans une région rizicole, elle est ainsi surnommée le « bol de riz » du Cambodge, parce ce qu’elle occupe une place importante dans l’économie du pays.

Cette deuxième ville charmante, la plus peuplée du pays, accueille de nombreux architectes tentant de préserver son riche patrimoine. Les maisons coloniales et rues ombragées se succèdent, et le style colonial a conservé son emprunte.

 

La campagne

Entre Phnom Penh et Battabang

Nous avons pris le minibus pour rejoindre la ville de Battambang, depuis Phnom Penh. 6h de route avec quelques arrêts dans les villages et la campagne.

Fruits bat  Roussette de Lyle   ou « le renard volant de Lyle »  (nom scientifique: Pteropus lylei).
D’énormes chauves-souris sont suspendues dans un arbre comme des parapluies.

En vadrouille dans la campagne sud de Battambang, nous faisons une halte près de la rivière vers le « pont suspendu ». Nous pouvons y passer en scoot, à vélo, à pied…  juste de quoi s’amuser quelques secondes. Petites sensations garanties !

Plus bas, les enfants jouent dans la rivière  et lorsque le niveau des rivières est bas les berges exposées servent à la culture.

 

 

Travaux sur la route entre Battambang et Siem Reap

Sur les routes de la campagne autour de Battambang.


Que c’est cool de se faire « trimballer » à travers cette région très rurale, et nous dans notre tuk_tuk … c’est cool, nous avons juste à observer le paysage et poser quelques questions de temps en temps ! 

 

 

 

Battambang a su conserver son charme paisible au bord de la rivière, ses vestiges de l’architecture coloniale française et son milieu rural …

Nous avons adoré! 
 

Retour en début de page

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.