Champasak

26/01/2020 – Départ de l’aéroport de Luang Prabang à destination de Paksé par un vol direct. Voyage avec la compagnie « Lao Airlines ».

Puis, un taxi nous conduit directement à Champasak, pour 2 nuits.
Située à une trentaine de kilomètres de la tumultueuse ville de Paksé, Champasak peut être regagnée par la rive ouest, est, ou par le Mékong même.

Notre taxi passe par le pont « Pont Lao-Nippon » qui enjambe le Mékong, puis nous empruntons la Route 13.
Pour arriver à Champasak, nous traversons trois péages.

Entre Paksé et Champasak

Arrivés à notre Guesthousse, nous décidons de focaliser notre attention sur le site du Vat Phou parce que c’est une référence et un clin d’oeil à notre voyage de février 2019 au Cambodge.
Vat Pho ou Wat Phu: « Phou » signifiant « montagne ».
Vue l’heure, nous choisissons d’y aller en Tuktuk, les ruines se situent à 8km.

Vat Phou

C’est le site archéologique le plus incroyable du Laos. Un peu le « petit Angkor Laotien« , situé dans un cadre naturel totalement reculé, à flan de la montagne sacrée Phou Kao (Phu Kao), dédiée à Shiva, divinité hindoue.

Ce site fut construit entre le Xème  et au XIIème siècle, bien avant le célèbre complexe d’Angkor, situé au Cambodge.
Il devient un lieu bouddhiste au XVIème siècle très vivant et l’est resté jusqu’à nos jours.
Une route reliait d’ailleurs celui-ci à Angkor Wat à travers la jungle, de 200km environ.

Ce site de Vat Phou n’est pas dans sa version originale car il a subi des modifications et reconstructions au cours des siècles suivants, mais c’est le plus ancien du Laos.
Ce Berceau de la civilisation Khmer est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2001.

L’entrée sur le site coûte 10.000 kips ce qui fait 1€10, et nous donne aussi un accès au musée et au service de voiturette électrique pour rejoindre les ruines du temple en passant entre les deux lacs artificiels. Nous utilisons ce véhicule à l’allez, mais choisissons un retour à pied.

L’allée centrale, bordée de cailloux et menant à deux palais, disposés de chaque côté nous ouvre le chemin.

Seuls, se promenant dans les couloirs des palais entourant une grande cour intérieur, nous avons l’impression que le monde s’arrête de tourner!
Les frontons sont encore en très bon état, malgré que quelques murs peinent à tenir debout sans les troncs de bambou qui les maintiennent.

Même si Vat Phou est en mauvais état, il est entretenu, et chaque pierre est répertoriée afin de reconstruire à l’identique.
Ce site paraît bien mystérieux, mais c’est vraiment le cadre en pleine nature qui rend cet endroit si beau.

Un peu plus haut

Nous accédons ensuite à la partie haute du site en passant par des  marches  bordées de frangipaniers aux branchages majestueux dont les fleurs jonchent le sol. Que c’est beau !

Les dernières marches sont de plus en plus raides et nous arrivons au bout, là où se situe le sanctuaire avec un temple au milieu.
Un autel avec plusieurs statues de Bouddha se trouve à l’intérieur.

Pour poursuivons notre balade jusqu’à la source sacrée qui se situe derrière le sanctuaire, en bas de la falaise. J’en profite pour arroser mes genoux !
Dans ces hauteurs, il y a d’autres ruines, et beaucoup des sculptures taillées dans la roche.

En se dirigeant un peu vers le nord, nous découvrons un éléphant sculpté dans un rocher, et là encore, nous profitons de la vue sublime sur l’ensemble du site.

Mais quel magnifique panorama sur toute la vallée !

Nous redescendons toutes ces marches, moins à l’aise que ces jolies chèvres !

Petit musée

Le petit musée proposé est intéressant et retrace l’histoire des pierres retrouvées dans les alentours.

Sur le  retour à pied, je découvre cet arbre … et je ne connais pas son nom : Mais qu’il est beau avec toutes ces fleurs.
Si vous le connaissez, n’hésitez pas à me faire un message dans la partie « commentaire ». Merci

Prévoir environ 2h de balade. Le site n’est pas grand, mais la montée des marches impose des arrêts, mais nous en profitons pour regarder le panorama tranquillement au fil de notre grimpette.

S’il est un incontournable à Champasak,

c’est bien « le Vat Phu ».

Champasak

Dans ce gros village de Champasak, quelque peu mystique, il est très agréable de s’y balader. Au retour de la visite du site du Vat Phu, la route est animée.

Nous visitons son centre. Il y a très peu de trafic dans la longue rue, cela donne une atmosphère particulière, mais bien sympa.
Tous ces frangipaniers le long de la rue nous envoûtent avec leur parfum, et j’admire tous ces différentes couleurs. Ah, il est  vraiment  beau cet arbre tropical !

Nous passons devant le seul spectacle culturel du sud Laos, il s’agit du théâtre d’ombres de Champasak (appelé ATOC, Mr Yves Bernard en est le créateur). Des représentations des marionnettes sur fond de musique live ont lieu 2 fois par semaine. Une grande toile tirée et fixée sur deux poteaux sert de cadre pour le spectacle.

Passage également devant le  rond-point en forme de lotus, lieu de référence à Champasak.

Vers les îles depuis Champasak

Depuis notre Guesthousse, un tuktuk nous dépose au mini embarcadère de Champasak/Ouest au bord du Mékong. Traversée du Mékong en petit bateau jusqu’à l’embarcadère: Champassak/Est. Nous débarquons à Ban Mouang et patientons 1 heure pour que le bus venant de Paksé passe nous prendre.

Cette attente nous permet de voir un court instant la vie de cette bourgade.

Et maintenant direction Nakasong pour les îles.

Vers la page des 4000 îles : 4000 Iles/

Retour à la page initiale du Laos : LAOS 2020

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.