4000 îles

« Il n’y a pas vraiment 4000 îles, mais le nom fait plutot rêver »

Le Laos n’a pas la mer ?
Que cela ne tienne, le pays a le majestueux Mékong !
Le Laos est enclavé entre : Thaïlande, Vietnam, Myanmar, Chine et Cambodge. MAIS, il y a quand même 4 000 îles dispersées sur le Mékong dans cet archipel situé à l’extrême-sud du Laos.

Après 2h00 de bus, nous arrivons à l’extrême sud du Laos, quasi à la frontière avec le Cambodge, au village de Nakasong. A la descente du bus, tout le monde suit la direction du port, il est nécessaire de prendre le ferry à « Pier Ban Nakasang« .

Nous échangeons notre ticket de réservation, acheté à notre guesthouse de Champasak,  à la billetterie à coté de l’embarcadère, contre un ticket de bateau, puis  Cap sur les 4000 îles (Si Phan Don en laotien): Soit l’île Don Det, soit l’île Don Khon

A cet endroit le Mékong traverse une multitude d’îlots terrestres plus ou moins grands,  couverts de végétation entre lesquels les bateaux de touristes et les barques de pêcheurs se faufilent sur le Mékong, et trois îles habitées et aménagées pour le tourisme : Don Khong, Don Det et Don Khon.

Don Khong : c’est la plus grande des îles (environ 20kms de longueur et 8km de large), la plus éloignée, la plus peuplée et la plus tranquille, à l’écart du flux touristique. Idéale pour ne rien faire, se reposer et visiter l’île à bicyclette ! A Ban Hatxaykhoun Pier, c’est la jetée d’où part le ferry pour l’île de Don Khong (plus précisément le village de Muang Khong)

Don Det : c’est l’île la moins chère en matière d’hébergement, essentiellement fréquentée par les jeunes et les backpackers. Du coup, c’est aussi l’île où l’ambiance est la plus festive…

Don Khon : c’est l’île ou il fait bon vivre… tranquille, familiale et rurale. De nombreux hébergements et restaurants au bord du Mékong, à tous les prix. L’île mesure environ 5 kms de long et s’explore facilement à pied ou en vélo (10 000 kips la journée)

Le niveau du Mékong est vraiment bas, le batelier connait très bien les passages entre tous ces rochers.  La navigation est lente ce qui nous permet d’apprécier le paysage.
Après 30 mn de traversée, à bord d’un petit bateau à moteur en bois, nous  débarquons sur l’île Don Khon où nous séjournons.

Une fois installés dans notre Guesthouss  du village Ban Khon  (au nord de l’ile, au bord du Mékong) et après notre première balade à pied aux chutes de « LiPhi »,  nous décidons de rester une nuit de plus…
La vie insulaire est plus lente que sur la terre. Pour faire court, Don Khon est ce qu’on appelle communément un havre de paix… Il est doux d’y vivre.

Pour visiter un maximum cette île, nous louons un vélo sur les 3 autres jours.
(10 000 kips/jour)
Les locations? Il y en a partout  et quasi tous au même tarif, et pas besoin de cadenas.


Sur Don Khon il y a plein de petits chemins et tous se rejoignent. En gros, juste après le pont français,  il y a trois chemins principaux  (vers l’Est, L’Ouest et le Sud. Au nord : c’est Don Det)
– Vers l’Est
, le chemin traverse des villages et mène tout droit aux chutes de Liphi, etc …
Vers l’Ouest, nous partons vers d’autres villages, un peu le « centre ville de l’île », etc …
Dans la continuité du pont, le chemin central mène à la pointe sud de l’île, vers le village de Ban Hang Khon et son « view point », etc ….

Plan de l’ Île Don Khone / Don Khon

Le Sud

Direction, en bicyclette, vers le sud de l’île par un chemin, le Old Railway (shady) qui longe les rizières toutes jaunes (le riz a déjà été récolté).

Puis, nous pédalons à travers la forêt jusqu’à la pittoresque bourgade de Ban Hang Khone, petit village de pêcheurs.

Notre premier arrêt se fait à l’école  de Ban Hang Khon.

Nous demandons l’autorisation de rentrer dans la classe et nous distribuons des savonnettes, des brosses à dents et des crayons au maître d’école.

.

C’est à cette pointe de l’île que le Mékong marque la frontière avec le Cambodge.
A ce port nous pouvons embarquer  pour aller à la rencontre des dauphins.  (Mais nous le ferons depuis un autre point moins touristique, même s’il  n’y a pas grand monde ici)  
Face au Mékong, et à droite, après avoir monté les 150 marches, nous arrivons en haut du belvédère. La végétation cache une peu la vue.  

Nous sommes remontés par un petit chemin, traversant un hameau. Ce passage suit un bras du Mékong. Nous avons du faire demi tour, le chemin est devenu impraticable en vélo.
Voir plus bas , dans le paragraphe des vestiges, les 2 ponts et la locomotive du sud de île.

Cascades, plages et dauphins

LiPhi Falls

Les chutes de LiPhi Falls ou cascades de Tad Somphamit se situent à l’extrême-ouest et à 1,5 kilomètre du grand pont français du Village de Ban Hang Khon.

L’entrée du parc naturel est gratuite depuis le 23 janvier (suite au passage de la police … Nous ne savons pas trop au juste la raison).
Nous arrivons pile poil !
L’espace tout autour est très agréable, avec plusieurs bars et restaurants à différents endroits du site.

Avec un débit tout au long de l’année, les chutes sont tout de même impressionnantes en cette fin de janvier, Même si le débit est bas, le panorama vaut le détour ! Je n’ose même pas imaginer le spectacle de rêve que les cascades doivent livrer en pleine mousson.

Bien plus qu’une cascade, les chutes sont très variées et Liphi est décrite comme une succession de rapides. Ce site nous offre une très belle balade en longeant le Mékong déchaîné. Très beaux paysages. Il y a aussi des tours à partir desquelles nous avons une vue panoramique. Ces plateformes servent aussi à la Tyrolienne qui permet de passer et repasser au dessus de ce déferlement d’eau  (Mekong Fly Zipeline au dessus de Liphi)

Nous vadrouillons le long du Mékong pour apprécier toutes ces cascades si nombreuses et si impressionnantes ! Il y a beaucoup de zones ombragées, nous empruntons le  sentier, à travers une forêt de bambous magnifiques.

Une fois arrivés au bout du chemin, nous découvrons un espace de repos et de détente, avec bungalows, hamacs, le restaurant « Oasis » … et c’est là que se trouve la petite plage de LiPhi, entourée de rochers.

Excellent endroit pour se reposer, se détendre et admirer une vue sur les cascades de Somphamit et la puissance de l’eau est impressionnante.
Après cette belle balade, c’est le moment de faire trempette dans le Mékong.

LiPhi signifie “Piège à Esprits” puisque les habitants croient que les chutes attrapent les mauvais esprits pour les coincer dans les violents rapides de la rivière.

Magnifiques couleurs en fin de soirée !

Petit restaurant hyper sympa, le 1er à gauche en arrivant sur le parking du Parc !

Ici, nous y mangeons très bien avec une super ambiance. Nous ne voyons même pas la nuit arrivée !!
Merci à Damien et Sandrine  pour l’excellente soirée passée ensemble (sans oublier Hélène et ses 2 garçons), et pour la lampe frontale, puisqu’il faut reprendre la piste dans le noir et nos vélos sont dépourvus de lumière !
Nous adorons ces imprévus !

Khongyai Beach

A 1 kilomètre en aval de Liphi, nous admirons un paysage extraordinaire entre plage, rocher et Mékong !

Le sable est brulant, mais nous pressons le pas pour atteindre le bord du Mékong, nous sommes sur  la « Khongyai Beach » (Tha Sanam), une très grande plage sauvage… et surtout déserte (appelée aussi plage Bo Hu).

L’endroit parfait pour se poser un peu, nous on avait l’impression d’être seuls du monde! 
En fait il y’a quelques locaux tenant deux restos qui nous attendent sagement juste avant la plage.

Les dauphins

Des pêcheurs proposent de nous emmener en bateaux traditionnels pour aller voir les dauphins, et ceci en passant à travers les rapides.
Et c’est parti pour une autre balade sur le Mékong pour  rejoindre la zone des dauphins d’eau douce « Pha kha ».(Espèce endémique en voie de disparition), pendant 1h30.

Nous les aimons ces navigations sur le Mékong!

En traversant ce dédale d’îles sur le Mékong, et en zigzaguent entre les gros rochers, nous rencontrons des pécheurs. Nous sommes sur le roi Mékong entre Laos et Cambodge.

Nous  apercevons  les dauphins de l’Irrawady  à une vingtaine de mètres remontant de temps en temps à la surface pour reprendre leur souffle.

Ces mammifères vivent tout au sud du village de Ban Hang Khon dans la rivière d’Irrawaddy. De couleur bleu-gris, ils peuvent atteindre la taille de 2,5 mètres et vivent généralement en groupes de 6 dans un détroit de 190 kilomètres entre l’îles de Don Khon (Laos) et l’île Kratie (Cambodge)

Formidable sortie !

Cascades de Khane Paksy et Khone Pa Soy

Direction l’Est de l’île  jusqu’au village Khone Pas Soy.
Sur la gauche, nous passons sur quelques petits pont de bois, mais il y a très peu d’eau de ce coté, et la cascade de khane paksy nest  pas trop extraordinaire. 

Demi tour pour nous diriger vers le pont  suspendu qui mène à Don Pa Soi pour découvrir les « Khone Pa Soy Waterfall ». Face à ce pont, nous optons sagement de faire demi tour, le pont est gravement cassé, et cela ne vaut certainement pas la peine de risquer de traverser.

D’ailleurs, un panneau à l’entrée du pont nous précise bien que le passage est interdit!


Donc pas de photos de la Khone Pa Soy Waterfall

Les temples

Le Vat Khone Tai 

Situé sur la rive ouest de Don Khon se trouve le « Vat Khone Tai ».
Il fut nommé de la sorte en l’honneur du village voisin: « village Khon Tai » Ce principal temple bouddhique de Don Khon, est construit sur le site d’un ancien sanctuaire khmer. D’anciens blocs de pierre sont éparpillés sur le site.

Dans de très anciennes tombes, nous voyons encore les ossements de l’incinération.
Dans la culture bouddhiste Lao, le vivant s’adresse tout le temps aux esprits, appelés vinnana en Pali (ວີນຍານ  en Lao), et de manière tout à fait naturelle puisqu’ils font toujours partie de la famille…

Le Vat Khone Nua

Au Nord Est de l’île  en empruntant un joli chemin, « Prasaya Xymountry avenue», tout au bout,  nous pénétrons dans l’enceinte d’un petit temple bouddhiste, le « Vat Khone Nua»

Liphi temple

Juste à cote des cascades Liphi un petit temple s’affirme dans le parc.

Les vestiges

Sur cette ancienne terre coloniale, nous pouvons encore trouver des vestiges français.

Au village Khon Tai, repose un bâtiment abandonné,  qui était autrefois une école Française.

La nouvelle école du village est juste à coté.

Dans ce même village, il y a une exposition en plein air, assez curieuse, qui retrace l’histoire du rail de l’île avec sa vieille locomotive de chemin de fer français.
La locomotive à vapeur de Ban Khon Tai est un héritage colonial des 4000 îles.

Au sud, à Ban Khone  nous pouvons voir le reste de la 2ème locomotive à vapeur à bois d’antan, dotée d’un moteur rouillé et placée sur un bout de voie ferrée. Nommée « Eloïse », elle aurait apparemment vu le jour en 1911 dans les ateliers d’Orenstein & Koppel

Le seul joli pont français qui est toujours en bon état permet de franchir le Mékong entre les 2 îles paradisiaques:  l’île Don Khon et l’île Don Det.

Depuis le sud de l’île, nous nous aventurons sur un petit chemin pour voir les 2 tronçons de l’ancienne  voie ferrée, mais … la déception…. Voici le premier.

Les rails ne sont plus entretenus et une fois arrivés devant le 2eme, alors nous devons faire demi tour. (nous sommes au Sud/Est de l’île)  Le chemin s’arrête là !
Difficile de poursuivre avec nos vélos.
Dommage, car le coin est beau!

Un peu d’histoire

Les colons Français utilisaient le Mékong comme transport fluvial pour les marchandises. Mais les chutes d’eau de Khone Phapheng constituaient un obstacle infranchissable pour naviguer.
Alors, à l ’époque où le Laos rejoignit l’Indochine française, ils construisirent, vers 1894,  des rails entre Don Det et Don Khon, sur une longueur totale d’environ 14 kms et se terminait par un quai de transbordement à chaque extrémité.  A partir du Mékong impraticable, des ouvriers chargeaient alors les bateaux qui voguaient au dessus du fleuve sur des locomotives.
Le dernier train sur rails à Don Khon remonte vers les années 1940, suite à l’invasion japonaise. La ligne de chemin de fer a été abandonnée en 1949 lorsque les autorités locales ont décidé de construire une route qui longe désormais la rive gauche du Mékong et contourne les obstacles naturels. Longtemps utilisé pour le transport de marchandises, il tomba peu à peu en désuétude.

Au Laos, rien n’est perdu.
Les habitants de l’île récupèrent les morceaux de rails pour en faire des petites barrières.

A travers l’île

Lors de nos randonnées sur l’île, à travers les bourgades, et les rizières sèchent, nous rencontrons des buffles, des chèvres, des chiens et toute la volaille … et très peu de véhicules motorisés, acceptés sur Don Khon.
Au cœur de l’île, nous assistons au spectacle permanent de la vie rurale.

Le vieux pont de chemin de fer qui enjambe le Mékong: d’une cinquantaine de mètres et tout en pierre avec des arches, il détonne. Il permet de rejoindre Don Det depuis Don Khon.

Le système de péage n’existe plus, la traversée est gratuite.

Sur, et autour de ce pont, le spectacle est superbe et immuable le soir, au coucher du soleil.

Les couchers de soleil

Don Khon et ses fabuleux couchers de Soleil !
C’est toujours un beau spectacle avec de magnifiques couleurs.
Nous ne nous en lassons pas du tout…

Juste au dessus du pont français, avec le Mékong et les bateaux … C’est très beau !

Bain dans le Mékong

Ici, les enfants se baignent, se lavent dans le Mékong, shampoing ce soir pour les filles qui s’amusent à cœur joie en sautant dans le fleuve.

L’école

L’école de Ban Khon est située juste derrière notre bungalow.
Les filles portent la jupe traditionnelle laotienne.

Les élèves jouent devant les vestiges de l’ancienne école française.

L’artisanat

Véritable  havre de paix, avec une atmosphère très détendue et hors du temps, des paysages naturels magnifiques et des habitants extrêmement accueillants, qui vivent de la pêche, de la récolte de riz, de légumes, de noix de coco et également du tissage.

Les animaux

Nous croisons beaucoup de buffles et d’autres animaux en liberté qui cohabitent en paix avec les habitants.

Les poules, les cochons, les biquettes, les veaux, les chiens…

Les enfants

Les enfants omniprésents nous saluent avec de magnifiques sourires. C’est un plaisir de passer un peu de temps avec eux.

La vie locale

Villa French Heritage 

« La Villa patrimoniale française » est un bâtiment dont l’architecture appartiens au plus pur style colonial français au Laos. Sa construction a commencée vers 1896, par une entreprise d’état dépendant du ministère des affaires coloniales français .
Cette villa a accueillie de nombreux officiers de haut rang tel M. Paul Dumer, le gouverneur de l’Indochine française et de nombreux ambassadeurs venus visiter les 4 000 îles.
La villa est maintenant  convertie en chambres appelées « French Heritage« 

Au bord du Mekong

Aujourd’hui, la chance est ici pour la tranquillité et souhaitons aussi pour l’avenir. Il est encore difficile d’y accéder en groupe, ce qui freine probablement l’afflux de touriste.  Malgré leur succès, ces îles préservent leur authenticité, leur  quiétude … ce sont des îles  mythiques et  légendaires.
Petit conseil de voyageur: Ne pas trop attendre pour venir visiter ces îles, avant que débute le cauchemar. Le voisin Chinois du Laos arrive dans ce pays  pour tout acheter et…détruire en construisant des ressorts de Béton!

Don Det

Avec nos vélos, nous explorons tous les coins du Don Khon, et débordons sur l’île Don Det en traversant le Mékong via le grand pont. Cela sera le tour complet de cette l’île pour nous, avec quelques arrêts.

 La circulation ne se fait qu’a pieds, vélos ou motos.

Minuscule île de quatre kilomètres de long, Don Det est la plus populaire de l’archipel. C’est loin d’être une destination culturelle ou historique, mais beaucoup de jeunes y viennent pour faire la fête, d’autres pour se détendre.

Autour de l’école

La rive « Est » est appelée « sunrise » et la rive « Ouest » le « sun set ».
Ici, le farniente est de mise. 

Que du bonheur de déambuler à vélo en toute quiétude ici,  c’est vraiment relaxant!

Le retour

Depuis notre Guesthouss, nous réservons un bateau et un bus pour notre prochaine destination:
Retour sur Paksé, située à 145 kilomètres vers le nord.

Levés de bonne heure, nous prenons le petit déjeuner au bord du fleuve. Repas simple avec de la baguette bien chaude, omelettes, fruits et café Lao.

Autre lieu
Pour le déjeuner ou dîner, nous conseillons chez Emily’s noodle, à coté du pont. C’est extra!

Nous attendons le bateau et patientons tranquillement. Tout cela en observant la vie paisible du village.
Les enfants se dirigent vers l’école et quelques touristes passent ici et là.

Au revoir toutes ces milliers de jolies îles entortillées dans les flots du Mékong.

Mon ressenti

Ces 4 000 îles à la frontière du Cambodge,  c’est l’endroit idéal pour se reposer après avoir visité le Laos !

Nous avons ADORÉ parce que nous avons pu :

Admirer les chutes du Mékong, les cascades, faire trempette dans le Mékong, flâner sur les sentiers de l’île à pied ou en vélo, aller voir les dauphins, suivre les empreintes de la colonisation française, rire avec les enfants, savourer les plats locaux en appréciant une bonne « Beerlao » au bord du Mékong, coucher de soleil sur le grand pont …

Mais, vous nous connaissez à travers nos voyages … il nous est difficile de rester à ne rien faire … toute fois, nous prenons le rythme Lao pour nos découvertes pendant ces 4 jours, toujours avec notre âme d’explorateur.

J’en rêvais tant de les voir !

Navigation sur le Mékong autour des îles

Retour vers Paksé en bus

Super organisation entres les réservations depuis les îles et les bus qui nous attendent au village de Nakasong. Tout se fait par téléphone, papier en main, l’organisateur à le « compte est bon« . Le bus part toutefois lorsque pratiquement tous les sièges sont occupés. Bravo pour cette gestion.

Retour à la page initiale du Laos: LAOS 2020
ou
Retour à la page de la province de Champasak : Province de Champasak

–> Les informations pratiques pour le budget sont à la page initiale du Laos

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.